La lutte continue à Ambohijatovo, les légalistes ne pensent pas d’arrêter leurs manifestations tant que, « DADA » ou le président déchu de la République Malgache n’est pas de retour dans grande île. Rappelons le début de l’évènement était la fermeture de la chaîne télévisé VIVA appartenant à Andry Rajoelina, le maire d’Antananarivo, la Capitale de Madagascar. Le mois de Décembre 2008, cette chaîne télévisée a diffusé un discours intégral de l’ancien président République Malgache dénommé Didier Ratsiraka qui peut provoqué une perturbation dans le pays. Le ministre de la Télécommunication Malgache a sorti un décret pour la suspension de VIVA. Fa ce à cette situation le propriété de cette chaîne est mécontent, il a incité les gens à opposer le pouvoir à cet époque en utilisant des ultimatum et la révolution orange qui se prétend à être une révolution pacifique alors que le moment où ils ont commencé leurs luttes, c’était que la crise et le bordel a régnée dans le pays. La première ultimatum que l’opposition a lancé : la réouverture de Viva puis ils ont décidé d’inaugurer le jardin d’Ambohijatovo comme la place de la démocratie 17 janvier2009. C’était le début de la lutte du Maire de la Commine Urbaine d’Antananarivo contre le régime de Ravalomanana. Andry Rajoelina et ses partisans étaient venus tous les jours à cet endroit et leurs ultimatums avaient changé à chaque discours comme la démission des ministres, la neutralité de la chaîne nationale,….la vente du nouvel avion présidentiel AIR force II. Les jours passent…..ils ont descendu sur la place du 13 Mai pour réclamer leur mécontentement.
« Lundi noir »
C’était lundi 26 janvier 2009, le jour où les partisans du TGV ont incendié la chaîne nationale TVM sis à ANOSY, MBS la chaîne privée appartenant au chef d’Etat Malgache siégée à Anosipatrana, tous les agences Tiko et les Magros dans la capitale étaient pillés puis incendiés. Ces derniers aussi étaient les biens de Ravalomanana. Face à cet acte de banditisme, le président a appelé à la reconsolidation pour le retour de paix à Madagascar, l’autre camp n’a pas encore cessé leur lutte et la plupart des grands magasins dans la capitale et dans les provinces ont été pillés aussi.
Les oppositions n’ont pas encore satisfait à ces désordres et décidaient d’établir une transition à Madagascar. Andry Rajoelina, le leader du TGV s’est auto proclamé à la place du 13 mai comme la Haute Autorité de la Transition.
« Samedi Rouge »
C’était samedi 07 février 2009, le jour de la nomination du premier ministre de la transition Monja Roindefo qui s’est déroulé encore dans la place du 13 Mai à Analakely. Après cette nomination, les manifestants ont décidé d’aller au Palais présidentiel Ambohitsirohitra pour la mise en place de la HAT et sa primature. On savait depuis que la partie d’Ambohitsirohitra et ses entourages sont classés comme zone rouge car la plupart des banques, des bijoutiers, des ministères,………sont siégés la bas, notamment la banque centrale et sans parler le palais présidentiel. Les gardes présidentiels n’ont pas hésité de tirer sur ces manifestants pour éviter des paniques et des pillages à cet endroit.
« Mardi 17 mars 2009 »
Le jour où le président de la République Malgache Marc Ravalomanana a obligé de transférer son pouvoir à un directoire militaire. L’origine de la démission était les désaccords entre l’armé Malagasy. Les CAPSATS ont attaqué les palais présidentiels Iavoloha et Ambohitsirohitra pour la prise en force du pouvoir. Marc Ravalomanana et sa famille se sentaient menacé et ils ont quitté la grande île et se réfugier sous la protection internationale comme le SADC,……….
« Samedi 21 mars 2009 »
Le jour de l’investiture illégale de la HAT, aucun corps diplomatique n’était présent à cet endroit (stade Mahamasina)
Toutes les communautés internationales considèrent que la prise de pouvoir du TGV est illégale et c’était un coup d’Etat.

Actuellement, les légalistes veulent le retour de l’ordre constitutionnel bien évidemment le retour de DADA. La lutte sur la place du démocratie est pacifique, aucun magasin ni des maisons n’est pillé, ni incendié……………………

Paraît que l’origine de touts ces crises sont la recherche des biens d’un pays développé et veut exploiter la richesse des pauvres Malagasy. Si c’est vrai, ouvre les yeux malgaches, on n’est plus dans l’époque de la colonisation……

Publicités